Il y a 10 jours, à Paris, la terreur a frappé aveuglément, jeunes, vieux, filles, garçons, croyants, athées. Tuer pour tuer.

Il y a 10 jours, j'étais au chaud et en pyjama quand l'horreur a débarqué en direct dans mon salon. Stupeur, incrédulité, douleur, colère, peur, tristesse, compassion.

Dans les jours qui ont suivis ce terrible vendredi 13, j'ai pris des nouvelles des Parisiens que je connais, familles, amis, j'ai suivi la progression de l'enquête, les arrestations, les manifestations de soutien mondiales (c'est incroyable de constater le rayonnement de la France à l'étranger, ça nous oblige à en être digne). J'ai allumé une bougie en pensant aux victimes, communion nationale, je suis allée donner mon sang, pour réalimenter les stocks pillés par la prise en charge de centaines de blessés.

Et puis les petites affaires intimes reprennent le dessus, le quotidien, ma petite santé à soigner, mon petit frigo à remplir, mes petites affaires, ma petite vie. Si petite cette vie et pourtant si précieuse. Précieuse pour les gens qui m'aiment, ces quelques personnes si proches de moi pour lesquelles ma présence sur terre semble utile, voir indispensable. Et je pense soudain à ces 129 vies volées, 129 petites vies si précieuses pour les gens qui les aimaient. 129 vies arrachées à l'amour de leurs proches dans un moment d'une grande violence par 8 autres petites vies. 8 personnes qui ont cessé soudain de ressentir de l'empathie, de la compassion, 8 personnes qui ont perdu en une seconde le souvenir de l'amour qu'il ont reçu. Et la perte de ce souvenir a signé la perte de leur humanité.

Parce que c'est l'amour qui fait de nous des humains. C'est l'amour qui pétrit notre cœur et lui donne la capacité d'aimer à son tour, c'est l'amour qui nourrit notre âme et la conduit à nourrir à son tour. Cet amour qui, de l'un à l'autre, gagne par capillarité le plus grand nombre d'entre nous. Un amour qui a la force de franchir les frontières, les opinions, les religions. L'amour, c'est la seule ressource à utiliser sans retenue, la seule ressource qui se renouvelle d'elle même parce qu'elle est consommée. A nous d'en faire une inépuisable ressource mondiale.

 

Amour M